Ingenico et Paragon ID veulent faciliter le paiement des titres de transport

 Dans actualites, nouvelle économie

Ingenico1 et Paragon ID2 ont un but commun: proposer une solution polyvalente et fiable concernant le paiement et la validation des titres de transports en commun. Se détacher des tickets papiers traditionnels fait en effet partie des priorités du secteur du transport. De nombreuses solutions3 commencent à émerger à ce niveau avec comme élément important la technologie NFC (celle qui permet notamment le sans-contact) qui petit à petit remplace ce fameux ticket physique. C’est dans cette logique que les deux entreprises proposent une solution combinant un terminal physique et une panoplie d’applications pouvant y être intégrées.

La mutation des titres de transport

La manière de valider son titre de transport est sur le point de subir une mutation assez profonde. Cette mutation est déjà en route, voire même complète dans certains endroits du monde où les tickets disparaissent vite comme au Royaume-Uni par exemple. Le paiement sans contact et la technologie NFC plus généralement semblent être en pole position pour assurer la validation du titre de transport.

C’est là que Ingenico et Paragon ID interviennent. Ingenico est un des leader mondiaux en solutions de paiement intégrées et en terminal de paiement, et a de ce fait conçu des modèles spécialement adaptés pour être intégrés directement dans des bornes de bus et autres guichets liés aux transports en commun. (la solution générale s’appelle “OP2GO”4)

Paragon ID de son côté “apporte son savoir-faire en matière de gestion et de développement d’applications logicielles pour les cartes de transports, tickets papier et billetterie sur mobile”. Les petits terminaux montrés ci-dessus (Ingenico Open/1500 et Open/2500) sont capables d’accepter les cartes American Express, CUP, les portefeuilles électroniques comme Apple Pay et bien d’autres5.

Les résidents d’agglomération connaissent déjà certains services remplaçant les tickets comme la fameuse carte Navigo en région parisienne ou encore l’Oyster Card chez nos voisins britanniques. Néanmoins, ces systèmes requièrent donc une carte ou un support supplémentaire pour fonctionner. Avec la notion d’Open Payment6 qui commence à se démocratiser, le titre de transport devrait être intégré dans les supports déjà utilisés par la population, avec comme grand favori le smartphone.

Pour les paiements ponctuels, quand vous n’avez besoin que d’un ticket par exemple, l’étape du guichet est supprimée et l’utilisateur peut régler son ticket « unique » directement en passant le portique à l’aide de sa carte bancaire, téléphone ou autre objet connecté équipé de la technologie NFC (montres, bracelets…). Une étudiante anglaise avait d’ailleurs dans le cadre de ses études intégré cette technologie dans des extensions d’ongles, lui permettant de passer les portiques simplement en les présentant à ces portiques.7

Le changement de modèle des titres de transport semble en tout cas inévitable, en France comme à l’étranger. Les tickets papiers disparaissent à grande vitesse, remplacés par les supports digitaux que sont les applications mobiles et autres services dématérialisés.

1Ingenico: « Site Officiel »
2Paragon ID: « Site Officiel »
3Synalcom: « Paiement en sans contact des titres de transport »
4Ingenico: « OP2GO »
5Ingenico: « Fiche Technique Open/1500 »
6Worldline: « L’Open Payment »
7Synalcom: « Les ongles connectés NFC »
© Crédit photo, vidéo et sources: Blog RER B / Ingenico / Giphy

Marketing & Communications
+336 43 63 33 96
LinkedIn

Issu d’une formation axée sur le commerce international et le marketing.
Grand passionné d’informatique et du digital, ces domaines m’accompagnent quotidiennement depuis mon plus jeune âge. Grande aisance avec l’anglais due notamment aux expériences internationales que j’eus la chance de faire.

Articles recommandés

Veuillez insérer votre requête.