L’émergence des « portefeuilles électroniques »: l’exemple Google Pay

Parmi les moyens de paiement en vogue ces derniers temps, on retrouve les portefeuilles électroniques, qu’on appelle plus simplement “Wallet”. Ayant pour but de centraliser une bonne partie du contenu de votre portefeuille (physique cette fois-ci), ces Wallets peuvent donc intégrer vos cartes de fidélité, cartes d’embarquement, cartes cadeaux, cartes bancaires bien-sûr… Bref, quasiment toutes les cartes que nous avons l’habitude de stocker dans nos portefeuilles.

Google Pay, qui combine les fonctions des anciennes applications Android Pay (application de paiement par mobile) et Google Wallet, devrait apparaître en France dans les prochains mois. La solution ne sera disponible que sur les appareils Android.

Retour sur l’application ayant déjà conquis plus d’une centaine de millions d’utilisateurs dans le monde.

Le contenu du « Wallet » Google Pay

Que peut regrouper un portefeuille électronique?

Et bien beaucoup de choses. S’ils arrivent à s’imposer progressivement, la taille et le poids de nos portefeuilles classiques risquent de drastiquement baisser. Avec l’avènement du digital, on pourrait même aller jusqu’à dire que l’existence même de ces derniers est en danger: pourquoi s’encombrer alors que tout devient disponible à travers votre smartphone?

Vous pouvez effectivement centraliser:

  • Vos cartes bancaires: L’une des fonctionnalités principales de Google Pay est en effet de répertorier vos différentes cartes bancaires de crédit ou bien de débit. L’enregistrement des coordonnées de ces cartes est d’ailleurs extrêmement simple: vous n’avez qu’à la prendre en photo! Pas besoin de rentrer manuellement les 16 chiffres la composant, même si cette option est toujours disponible.
  • Vos cartes d’embarquement et tickets en tout genre: Vous avez également la possibilité de stocker vos tickets de spectacle ou vos cartes d’embarquement. Il ne vous reste plus qu’à présenter votre téléphone avec l’application Google Pay ouverte devant les bornes concernées: par exemple il est déjà possible à Londres de payer son titre de transport avec l’application.
  • Cartes cadeaux, fidélités et remises: Le service vous propose également d’y conserver vos cartes de fidélité1. Vos points gagnés et vos remises disponibles seront visibles directement dans l’application.

L’objectif de la solution est donc de vous faire prendre le réflexe d’utiliser le Wallet à chaque fois que vous effectuez un paiement, que ce soit en ligne, sur une application mobile ou en magasin sur des terminaux électroniques de paiement (TPE).

Faire une transaction avec Google Pay en magasin s’avère être encore plus facile que les autres moyens de paiement traditionnels: débloquer votre téléphone, présentez le près du terminal de paiement, et…c’est tout. Vous n’avez même pas à ouvrir l’application.

 

Google Pay: un service déjà ancré à l’étranger

Comme dit plus haut, Google Pay ne saurait tarder à arriver dans l’hexagone. Mais nous ne serons pas (comme souvent) les premiers à expérimenter le wallet. Beaucoup de pays ont déjà pu le tester opérationnellement. Il faut en effet rappeler que Google Pay remplace depuis janvier 2018 les missions d’Android Pay et du Google Wallet. Ces dernières solutions étant disponibles depuis déjà plusieurs années, leurs utilisateurs ont tout simplement été redirigés vers Google Pay lors de la sortie de l’application.

C’est l’une des raisons qui fait qu’aujourd’hui, Google Pay a dépassé la barre des 100 millions d’utilisateurs. Initialement lancée aux Etats-Unis, l’application a donc déjà convaincu les utilisateurs, mais également les marques, applications et boutiques en ligne. Lorsque l’on va sur le site officiel du service2 et que l’on se rend sur la page listant les partenaires3, on remarque plusieurs choses:

  • Sur la page en version française (canadienne), on voit que la liste des partenaires n’est pas longue, même si on note la présence d’un géant tel que McDonald.
  • En revanche, lorsque vous vous rendez sur le site en version américaine, la liste est nettement plus étoffée. On peut citer entre autres Dysney, Footlocker, KFC, LEGO, Nike… On ne compte pas moins de 94 enseignes ainsi qu’une quinzaine d’autres applications et sites acceptant le paiement via Google Pay.

Inutile de dire que la solution a donc déjà convaincu à l’étranger, consommateurs comme commerçants, ceci sera très probablement aussi le cas en France, où les mentalités changent vis-à-vis des nouveautés en matière de paiement. L’utilisation du paiement sans contact y est en forte hausse et Google Pay pourrait très bien entrer progressivement dans les habitudes de consommation des Français.

1Synalcom : « La centralisation de vos cartes de fidélité »
2Google « Google Pay »
3Google Pay « Partenaires de Google Pay au Canada »
© Crédit photo et vidéo: Google

Marketing & Communications
+331 78 94 59 90
LinkedIn

Issu d’une formation axée sur le commerce international et le marketing.
Grand passionné d’informatique et du digital, ces domaines m’accompagnent quotidiennement depuis mon plus jeune âge. Grande aisance avec l’anglais due notamment aux expériences internationales que j’eus la chance de faire.

Articles recommandés

Veuillez insérer votre requête.