Pour Worldline, l’avenir des terminaux de paiement est dans le Cloud

 Dans actualites

Une digitalisation de l’offre

Le marché des terminaux de paiement est en constante évolution. Il ne cesse d’évoluer en fonction des comportements d’achat des consommateurs. De nos jours, l’utilisation des espèces est de plus en plus délaissée pour l’usage de la carte bancaire. En fin d’année 2020, le poids des paiements CB représentait 135.5 milliards d’euros.

Depuis le développement de la digitalisation, les terminaux de paiements sont devenus de plus en plus performants et bénéficient d’une plus grande personnalisation de leur offre. Les fonctionnalités sont multiples : envoi du ticket client par SMS, rapports sur les ventes, gestion de stocks et proposition de programmes de fidélité. En effet, ce type de service était autrefois habituellement réservé aux grandes entreprises, avec les nouvelles technologies, elles deviennent accessibles à des petits-entrepreneurs.

Les Fintechs proposent des terminaux mobiles compatibles avec les derniers modes de paiement comme les smartphones via NFC (Google Pay, Paylib…), via le scan d’un QR code (Alipay, Lydia…), carte sans contact de réseaux différents (Visa, JCB…), objets connectés (Appareils Android Wear, Apple Watch)… Ces nouvelles applications sont compatibles avec tous les terminaux de paiement.

Avec la montée en puissance des TPE dotés de systèmes d’exploitation ouverts et les applications de paiement multiplateformes, l’entreprise pionnière de la transformation des transactions depuis 1973 se poserait la question de l’intérêt de garder la branche terminal de paiement d’Ingenico, surtout que l’enseigne se qualifie comme avant-gardiste de la révolution numérique. Depuis sa création, l’enseigne a acquit une forte présence en Europe et s’impose sur le marché du paiement européen comme le nouveau leader des services de paiement et de transactions.

Vers une cession de l’activité Ingenico par Wordline?

 

« Nous sommes engagés dans une revue stratégique de l’activité des terminaux de paiement d’Ingenico, nous n’avons pris aucune décision » a déclaré le président de Worldline aux Echos.

Pour Gilles Grapinet, le président directeur général de Wordline, les terminaux sont voués à être remplacés par des systèmes logiciels du cloud, c’est pourquoi le géant du paiement envisagerait l’abandon de la branche Ingenio qu’il avait racheté en octobre dernier. Selon certaines théories il aurait même approché plusieurs banques afin de préparer cette cession. En effet, on estime que la cession de cette activité pourrait rapporter à Wordline autour de 2.5 milliard d’euros.

Articles recommandés

Veuillez insérer votre requête.